Bannière - maman minimaliste
le quotidien au naturel,  lecture & culture,  vie de famille

Maman minimaliste, une vie simple en famille

Aujourd’hui, je souhaite vous parler de notre démarche de changement vers un nouveau mode de vie : le minimalisme. Afin d’ordonner cet article et de vous présenter le livre de Mino Rakotozandriny qui offre un très bon point de départ sur ce vaste sujet, je suivrai le sommaire de Maman minimaliste.

maman minimaliste - une vie simple en famille
le livre Maman minimaliste, de Mino Rakotozandriny

Le minimalisme pour simplifier sa vie

Sur la quatrième de couverture de son livre, Mino Rakotozandriny promet « une vie simple et meilleure pour toute la famille ». Le mode de vie minimaliste consiste à simplifier sa vie pour mieux en profiter. Cela passe par le rangement et le désencombrement de notre logement, de notre emploi du temps, de nos données numériques, et même des relations toxiques. Le but est d’arrêter d’accumuler et de surconsommer pour se concentrer sur l’essentiel, sur ce qui nous rend heureux. Dans le livre Maman minimaliste, il est surtout question de faire place à la vie de famille. Mais concrètement, que vous ayez ou non des enfants, l’idée est de pouvoir vous concentrer sur vos passions, vos relations, tout ce qui vous fait vraiment vibrer et vous apporte du bonheur.

Le déclic : la naissance de notre fils

Notre logement et nos situations professionnelles sont aujourd’hui les mêmes qu’avant la naissance de notre fils. Nous sommes passés d’une vie de couple à une vie de famille, en vivant dans la même superficie, en gagnant autant d’argent, en gardant les mêmes horaires de travail. En fin de compte, nous avons donc moins de place pour nos affaires personnelles, moins d’argent sur notre compte en banque, moins de temps pour nous. Et pourtant, nous n’avons pas les moyens de déménager dans un logement plus grand, ni de réduire nos horaires de travail. Alors, comment faire pour avoir assez d’espace, d’argent et de temps pour vivre sereinement en famille ?

J’avais déjà entendu parler du minimalisme par la chaîne YouTube de Vicky Payeur, Vivre avec moins. Je pensais avoir un nombre raisonnable d’objets en ma possession et ne pas spécialement surconsommer. Après tout, j’avais assez de place pour tout ranger harmonieusement et je parvenais à épargner un peu d’argent tous les mois. Puis Choupi est né.

En faisant du tri dans mes abonnements sur YouTube, je suis retombée sur la chaîne de Vicky. J’ai revu certaines de ses vidéos. J’ai fait un tour sur son blog et j’ai lu son livre Vivre avec moins pour faire place à l’essentiel. Et nous avons commencé à faire de la place dans les placards, tiroirs, bibliothèques. Nous avons donné des objets en tout genre remplissant plusieurs dizaines de sacs cabas.

Un livre complet pour aller plus loin

Puis une amie, informée de cette démarche, m’a offert le livre Maman minimaliste de Mino Rakotozandriny. Je doutais de pouvoir apprendre davantage de choses sur le minimalisme, j’étais déjà bien informée.

Mais il s’avère que ce livre est pour moi une mine d’or. Il se lit très facilement, j’ai vraiment eu du mal à le lâcher entre chaque session de lecture. En 235 pages, l’autrice explique ce qu’est le minimalisme. Elle nous fait part de son expérience personnelle et nous explique en quoi le minimalisme nous simplifiera la vie. Elle présente également des témoignages enrichissants d’autres mamans. Mino nous explique des démarches à suivre et nous propose des exercices pour réfléchir à notre propre situation. Elle met aussi à notre disposition des sources pertinentes pour aller encore plus loin. Les pistes qu’elle propose concrètes pour nous aider à désencombrer notre vie sont concrètes et accessibles.

Le minimalisme en pratique

Tout au long de ce livre, Mino Rakotozandriny nous invite à nous demander quel est notre essentiel afin de savoir sur quoi nous concentrer. Ainsi, nous nous interrogeons désormais sur ce que chaque objet apporte à notre vie. Voici une liste d’exemples, présentant une partie du désencombrement de notre foyer.

Trier et désencombrer les objets du quotidien

  • Le contenu de mon dressing a été drastiquement réduit. Personne n’a besoin de posséder une vingtaine de pulls, une quarantaine de tops, une quinzaine de pantalons, une vingtaine de paires de chaussures. J’avais beaucoup trop de vêtements. Je passais beaucoup de temps à réfléchir à des tenues variées, pour finir par toujours porter les mêmes.
  • Dans la salle de bain, le tri a été assez facile et rapide. Nous étions déjà passés aux produits bio et naturels avant la naissance de Choupi.
  • J’ai arrêté de collectionner les grands classiques que je ne souhaite pas relire. Ma bibliothèque comporte désormais les livres qui m’apportent de la joie, ainsi que ceux qui sont nécessaires à mon travail.
  • Nous avons conservé deux parures pour notre lit, trois pour le lit de Choupi (en cas d’accident). Le linge de maison prend beaucoup de place à ranger. Lorsqu’une parure est en cours de lavage ou de séchage, l’autre est propre et sèche. À quoi bon en posséder trois ou quatre ?
  • J’ai besoin de nombreux articles de papeterie pour mon travail, mais nous avions de quoi ouvrir une boutique avec tous les stocks ! J’ai conservé dix stylos et trois surligneurs de chaque couleur, un seul dérouleur de scotch, une seule perforatrice…
  • Nous avons trié nos papiers (faites attention à vérifier lesquels conserver). Nous avions encore les modes d’emploi et garanties d’articles que nous ne possédons plus.

Moins de meubles, plus d’espace

Cette liste présente un échantillon du tri que nous continuons à opérer. C’est un processus qui se réalise sur le long terme. Aujourd’hui, nous avons deux commodes (et bientôt une troisième) vides, en attente d’être données. Nous avons décidé de nous séparer de notre très grande table basse contre une petite table d’appoint se mettant au bout du canapé. Nous prévoyons de changer notre table de salle à manger en composite (très abîmée) par une plus petite table en bois massif. La commode abîmée et presque vide qui se trouve dans notre salon sera bientôt recyclée.

Une fois réalisés, ces changements libéreront beaucoup de place dans notre intérieur. Nous pourrons circuler plus facilement, nous disposerons de plus d’espace pour accueillir des invités, notre fils aura plus de place dans le salon pour jouer et nos lapins pour se promener. À ce rythme-là, j’espère bientôt avoir la place de ranger une machine à coudre et un petit piano électronique, la couture et la musique étant des activités auxquelles je souhaite vraiment me (re)mettre durablement.

Comme l’ensemble des minimalistes, Mino Rakotozandriny nous invite à préférer la qualité à la quantité. Ainsi, lorsque nous sommes amenés à remplacer un objet essentiel mais obsolète, il est préférable d’en acquérir un qui soit à la fois de meilleure qualité et plus beau. Il fonctionnera plus longtemps, nécessitera moins d’entretien et de réparations, et nous aurons plus de plaisir à l’utiliser.

Le début d’un cheminement

Nous sommes loin d’être des experts du minimalisme (ils sont déjà nombreux et vous pourrez facilement bénéficier de leurs conseils avisés en faisant des recherches sur internet, en librairie ou dans une bibliothèque). Je souhaite partager ici avec vous notre cheminement vers une vie plus simple et enrichissante, à notre propre rythme. Je publierai d’autres articles approfondissant cette thématique au fur et à mesure de notre progression.

Sources

Je m'appelle Alexia, je suis une jeune maman de 26 ans. Rédactrice web le jour, blogueuse la nuit, je partage mes coups de cœur sur Ma vie en pastel.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.